Rudaw Network : Un consortium kurde né dans la guerre

Rudaw network est un consortium média d’origine kurde. Cette nouvelle source d’information a le vent en poupe. Fondé au Kurdistan iraquien, cette création représenté un pari osé. La guerre montre ainsi que de belles initiatives naissant dans des pays ravagés par des guerres depuis plusieurs décennies. Aujourd’hui, c’est le Daesh groupe d’islamistes radicaux qui met en péril l’équilibre politique et géostratégique de cette région. Les combattants peshmergas sont d’ailleurs soutenus par des forces occidentales. Son siège se trouve à Erbil, capitale du Kurdistan irakien située au cœur du conflit. Ce groupe média se compose d’un journal, d’une télévision d’une radio et d’un site web. Il diffuse des enquêtes, des analyses, des reportages, des brèves et des articles en arabe et en anglais.

Site de Rudaw Networks
Site de Rudaw Networks

Il s’est emparé de la cause Kurde sans pour autant ne faire preuve que de militantisme. Il traite cette question de manière professionnelle. Il s’apparente à une véritable mine d’or pour tous ceux qui souhaitent s’informer sur le Kurdistan Irakien et l’actualité du Moyen- Orient. Outre ses sujets touchant la géopolitique, le site internet s’intéresse également à des thèmes culturels, artistiques, aux nouvelles technologies aux modes de vie et à l’actualité internationale. Il produit aussi des interviews et des vidéos. Ces correspondants se trouvent dans diverses régions du Monde : Moyen- Orient, Etats-Unis, Europe.

Il n’a rien à envier aux médias occidentaux. Ces médias florissants donnent une part d’espoir et permettent aussi d’offrir une ouverture sur le monde à ces citoyens mais aussi à nous tous et à sa diaspora présente partout dans le monde. Son but est de se démarquer d’Al Jazzera.

Depuis la fin des années 1990, de nombreux titres de presse ont éclos au Kurdistan Irakien. Dans cette région autonome de l’Irak 280 journaux ont ainsi vu le jour entre septembre 2009 et avril 2010. Lancé en 2008, ses tirages culminent à 10000 exemplaires par jour. Ces chiffres couplent les deux versions hebdomadaires du journal, l’édition politique ajoutées à cela, les éditions sport et édition diaspora Europe. Son site internet est lui permet d’être visible dans n’importe quel endroit de notre planète. Selon un représentant de l’entreprise, ce consortium media emplois 310 personnes. Cette force prouve qu’il est possible de construire de vrais projets éditoriaux dans les zones de conflit sans pour autant faire de la propagande. Pour couvrir le monde, il a ouvert deux bureaux internationaux un à Toronto et l’autre à Washington DC. A l’heure d’aujourd’hui, ce groupe médiatique est pris au sérieux par ses concurrents occidentaux. Cette vivacité a donné l’opportunité au Moyen- Orient d’avoir une nouvelle source d’information et ainsi prendre parfois le contrepied d’Al Jazzera. Indépendants et autonomes, les journalistes travaillent autant sur l’écrit, qu’à la radio et qu’à la télévision. Ils doivent cette indépendance aux soutiens financiers accordée par deux associations : Press Now et The independant media centre. Cette aide lui garantit une forme de liberté de ton et d’action et contribue à le tenir éloigné des soubresauts du pouvoir. Ce modèle ambitieux s’appuie sur une véritable quête de sens et d’apporter un moyen d’expression à ceux qui n’en avaient pas forcément un. Leur dimension internationale leur offre aussi un porte –voix pour exprimer la cause Kurde qui est peu médiatisée en temps normal. On parle d’abord de l’Irak avant d’analyser la cause Kurde.

 Rudaw Networks  Watch live
Rudaw Networks Watch live

Sur le modèle de la BBC, Rudaw Networks reprend les codes des chaînes d’information en continu. Comme la BBC, il traite des sujets diversifiés : les violences faites aux femmes, des thèmes culturels et religieux, des reportages consacrés à des questions sociales et sociétales. S’il prend le parti de proposer des reportages et des enquêtes d’investigation qui demandent du temps, Rudaw Network joue complètement sur le terrain de l‘information en continu. L’un ne va peut-être pas sans l’autre. Il ne faudrait pas qu’il tombe dans les travers d’Al Jazzera et se retrouve instrumentaliser par des forces qui l’éloigneraient de son dessein professionnel. Les rédactions de Rudaw mélangent à la fois les codes du journalisme de l’immédiateté et ceux du slow journalism.

Ce consortium a donc le mérite d’exister et rappelle que de belles aventures peuvent se construire durablement dans des zones en conflit ou instable au niveau politique.

Inspiré par l’article : http://www.integrales-productions.com/2014/11/12/rudaw-network-loutsider-des-medias-venu-du-kurdistan-irakien/

Jessica Staffe

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s